Record de lenteur

Cela fait un moment que je n’ai rien écrit à propos de mes petits tours sur l’eau, cela ne veux pas dire que je n’ai pas navigué. J’ai simplement fait un break en écriture – pas d’inspiration, autre chose en tête, etc -, les raisons sont multiples.

Je remercie tout de même tous ceux qui nous ont accueilli à leur bord, Muriel et Martin en Grèce, Jean-François à Hendaye, Thierry à La Rochelle, Jean-Michel sur la Gironde, etc…

J’ai aussi animé un stage à Paimpol en Novembre – la semaine du départ de la Jacques Vabre 2013 – sept à huit Beaufort établi tous les jours – autant dire qu’on a rien fait de ce qui était prévu au programme. On s’est fait tremper, remuer, retremper, mais l’ambiance est restée bonne.

Le 29 mars 2014 j’ai embarqué sept stagiaires sur Shamrock, le Salona 37 de la base de Paimpol. J’ai déjà présenté ce bateau avec lequel j’ai fait l’aller retour Paimpol – Les Scyllies en juin 2013.

Un italien, deux suisses, des bretons et les inévitables parisiens… un joli melting pot s’annonce. Nous sommes huit à bord, je vais pouvoir dormir tranquille : il y a du monde pour les manœuvres et pour prendre les quarts de nuit.

Le thème du stage est « Navigations longues en quart ».

Dimanche, vers 7h30 du matin, nous traversons le sas de l’écluse de Paimpol. La marée est bien pleine et les deux portes sont ouvertes avec ces coefficients de plus de 100.

Nous nous sommes mis d’accord avec l’équipage, nous viserons Roscoff le premier soir puis nous tenterons la traversée vers Falmouth, Plymouth ou Salcombe en fonction du vent.

La météo annonce très peu de vent du secteur est : cela ne va pas être facile d’aller en Angleterre et d’en revenir.

Les premiers bords sont l’occasion de jauger l’équipage en répétant les gammes manœuvres et exercices HLM (Homme à la mer). Comme d’habitude les niveaux sont disparates mais il y a un bon noyau qui tiens la route. La traversée est donc possible.

Pour gagner des miles et profiter du courant descendant au maximum je coupe par le chenal de La Trinité entre le continent et l’île de Saint Rion en face de Paimpol. Ensuite nous passons à l’est de Bréhat pour ne pas être coupé du faible flux d’est.

Le courant nous porte rapidement et avec l’aide du micro spi (nous avons à bord le spi d’un 32 pieds) nous avançons rapidement sur le fond.

Entre pétole, vent thermique, courant contraire, nous réussissons tout de même à atteindre la baie de Morlaix en milieu d’après midi. Le courant y est moins violent et nous nous exerçons au QuickStop à tour de rôle.

Vers 19 heures nous tournons nos amarres sur les taquets d’un catway du nouveau port de Roscoff. C’est loin d’être beau mais l’accueil est tellement sympathique. En plus les Glénans bénéficient de 50 % de réduction sur la nuitée. 7 euros c’est la faible dîme qui nous sera perçue, et les douches sont gratuites.

Ce soir là alors que nous nous glissions dans nos duvets, un incident aurait pu facilement tourner au drame. Sur les pontons à flot il y a des sanitaires, sorte de préfabriqués flottants accolés au ponton – l’endroit est mal éclairé. En sortant des toilettes copieusement éclairées Jean-Luc, se retrouve dans le noir et tourne instinctivement à droite pour revenir au bateau. Et là : plouf … il tombe à l’eau glacée dans la nuit noire. Heureusement pour lui il y a là une échelle pour remonter. Il est rentré au bateau en courant et en grelottant. Une fois séché, changé et réchauffé dans son duvet, il n’y aura pas de conséquence. Cette nuit là je n’ai pas très bien dormi, hanté que j’étais par des visions de noyades, d’hypothermie et de perte d’un équipier.

Lundi nous larguons les amarres vers 10 heures du matin. En théorie ce n’est pas la peine de partir trop tôt avec un bateau qui avance bien – sinon on va arriver en pleine nuit. Nous nous traînons à 4 ou 5 nœuds, nous renvoyons la bullette et atteignons 7 nœuds par moment. Je fais des plans pour arriver tout de même en pleine nuit.

Mais le vent tombe, le spi s’effondre à l’avant et ne sert plus à rien, nous n’avons fait que 25 miles et le speedo marque zéro…

ChefDeQuart

Nous étions partis à l’estime et nous flottons vulgairement comme une palette de bois tombée d’un cargo. Je rallume le GPS, car le premier rail n’est pas loin, je voudrais être un peu plus sûr de notre position.

Le vent revient un peu, puis retombe, puis revient, nous nous traînons … Nous allons y passer la semaine.

Les quarts se succèdent dans le marasme de la pétole. Ils voulaient une navigation longue : ils vont être servis…

Vers trois heures du matin zéfir sort de sa torpeur et nous propulse enfin raisonnablement. Nous sommes entre les rails montants et descendants. Le bateau avance enfin.

Nous visons Salcombe, mais ce ne sera pas facile. La barre à l’entrée est déconseillée par le vent de sud est qui nous porte, si nous arrivons trop tard la marée descendra et j’ai mis un dernier délai à midi pour le passage. Vers dix heures nous sommes en vue de la baie, mais le temps de tirer les bords pour se recaler il sera trop tard, la porte se referme sous notre nez et je ne découvrirai pas Salcombe que tant de « british » me vantent. Nous pointons notre étrave un peu plus à l’est vers Dartmouth.

English fog

English fog

Dartmouth est un endroit merveilleux que j’ai découvert par une belle nuit d’août 2011. Je n’avais alors eu aucun mal à imaginer ce trou imprenable, caché dans falaise, rempli de corsaires anglais prêt à fondre sur les navires français que s’aventuraient le long de cette côte.

Mardi à 15 heures le bateau est amarré à un ponton flottant et nous gonflons l’annexe pour nous rendre à terre.

Nous avons mis 29 heures pour parcourir à peine 100 malheureux miles. Du coup ceux qui ne savaient pas ce qu’est la navigation en quart ont été servis.

Une petite balade dans la ville, une bonne pinte et un fish and chips plus tard nous rentrons au bateau assez tôt. Après avoir refait le monde un moment nous glissons dans les bras de Morphée en attendant l’étape suivante.

Dartmouth

Dartmouth

9 heures nous larguons les aussières et évitons les multiples ferry qui traversent le fleuve, accompagnés du tchou tchou du train à vapeur qui serpente le long de la rive gauche.

Une fois dehors nous serrons le vent au plus près pour voir ce qu’il est possible d’envisager, Guernesey sera notre prochaine escale. Il y a 80 miles à faire.

Les quarts démarrent à midi et la « routine » s’installe. Chacun se succède à la table à carte puis à la barre. Ce coup ci nous tenons l’estime, le bateau n’avance pas vite, mais avance.

Vers trois heures du matin, je me lève pour jeter un œil dehors. Il y a des phares visibles devant nous. C’est bien ceux de Guernesey.

Nous décidons de passer au vent de l’île et donc de rentrer par le nord à Saint Peter en prenant le chenal du « Petit Russel ». Le temps est clair et l’on voit de très loin des lueurs sur la presqu’île du Cotentin, le phare des Casquets à côté d’Aurigny, des feux autour de Sark, il y en a tellement qu’on s’y perdrait presque (lol). Quatre heures, plus de vent, speed zéro, le courant porte à terre… moteur.

5 heures 30 jeudi matin nous sommes au ponton de Saint Peter, on a mis 19 heures et ce soir il nous faudra être aux environs de Paimpol pour être sûrs de rentrer le bateau vendredi matin. Il reste cinquante miles à faire.

On se repose trois heures et on repart. Il y a du vent de nord ouest qui nous bombarde entre 7 et 10 nœuds vers le mouillage de La Chambre à Bréhat qui sera un joli havre ce soir.

Nous prenons un coffre après à peine sept heures de traversée. La fin de parcours sera marqué par un bel exercice de pilotage pour éviter tous les hauts fonds au sud de La Horaine dans l’est de l’île de Bréhat.

Vendredi au petit jour, nous reprenons le chenal de La Trinité pour rentrer à Paimpol.

Une semaine bien remplie, de longues navigations nocturnes, un aller retour en Angleterre qui n’était pas gagné d’avance et du soleil par dessus le marché.

J’ai encore rencontré des équipiers sympa que je n’aurais sans doute jamais croisé autrement.

 

Merci à tout l’équipage.

Share

Laisser un commentaire